Georges, c’est l’histoire d’une curieuse impénitente. Une créatrice qui aime se frotter à la matière, à toutes les matières, des plus souples aux plus récalcitrantes, pour en faire naître des objets à la grâce essentielle. Une âme persévérante, doublée d’une éternelle insatisfaite, le cocktail imparable de celles et ceux qui créent comme ils respirent.

La discrète Mylène Scotto fuit la lumière, préférant se cacher derrière Georges, patronyme intemporel d’armoire à glace moustachue.
Les racines de ce colosse délicat remontent à son enfance. Petite, à Paris, puis à Hyères, Mylène fabriquait et meublait de toutes pièces des maisons miniatures. Sa grand-mère tapissière et son grand-père bijoutier lui ont transmis le goût de faire. Elle sait coudre, broder, tricoter, adore fabriquer des objets.

Ses parents, eux, ont la bougeotte. Ils déménagent une quinzaine de fois dans son enfance et son adolescence, avec à chaque fois l’envie de tout refaire dans leur nouveau chez soi. A l’âge où d’autres apprennent la danse ou la musique, Mylène apprend à manier scies, perceuses, raboteuses et autres outils en tout genre.
Elle y acquière la solide conviction qu’elle peut tout faire de ses mains, que rien n’est impossible. Elle en garde aussi une nature nomade, avec le besoin, partout où elle se pose, de créer de toutes pièces un univers familier qui pourra s’adapter ailleurs.

À la naissance de son premier enfant, Mylène sent que ses mains doivent retrouver la parole. Elle a des envies de créations modulables, légères, facilement transportables. D’objets singuliers pour réinventer sans cesse son intérieur. Nous sommes en 2010, l’aventure Georges peut commencer.

Georges est un espace de liberté et d’expérimentation, de délicatesse et de contrastes, infusé de formes organiques, de couleurs d’une garrigue écrasée de soleil, mais aussi inspiré par l’architecture brutaliste et l’énergie de la ville. Un espace où le geste a la part belle, où la surprise et l’irrégularité sont les bienvenues. Un espace aussi où l’on cherche toujours à mettre à profit des ressources locales et des matériaux naturels.

Tous les objets proposés ici, après avoir été prototypés par Mylène, prennent vie entre les mains expertes et poètes de l’équipe de Georges, dans son atelier de Sauveterre de Béarn.